Les plantes aromatiques : semées, récoltées, conservées…

Parfumées, colorées, légères et aériennes mais aussi comestibles, mellifères et utiles au bien-être et en cuisine… ce sont les plantes aromatiques et condimentaires de notre jardin, du balcon ou traditionnellement du potager.

Les plantes aromatiques ont été utilisées pour la première fois, sans préparation, il y a plus 40 millénaires. Il y a près de 3000 ans, on commence à parler d’huiles fines et ce n’est qu’en 1935 que René Maurice Gattefossé, chimiste, évoque l’aromathérapie et ses fonctions thérapeutiques. Aujourd’hui amplement employées, les huiles essentielles – produits actifs issus des plantes aromatiques – doivent cependant être utilisées avec prudence, car leur usage thérapeutique non cadré peut être préjudiciable à la santé !

Le terme «plantes aromatiques» désigne des végétaux utilisables en médecine et en cuisine grâce à leur pouvoir odorant, comme aromates et condiments afin d’apporter un assaisonnement à des mets cuisinés. Elles sont largement utilisées en phytothérapie, une médecine traditionnelle basée sur les produits naturels et les propriétés pharmacologiques de leurs molécules.

Il est intéressant de cultiver les plantes condimentaires et aromatiques dans son jardin potager afin de les consommer fraîches. Leur culture est facile et, contrairement aux idées reçues, nombre d’entre elles sont vivaces, persistantes et peu gélives. Les plantes aromatiques vivaces sont parfaites en bordure du potager où elles réapparaîtront chaque printemps (oseille, estragon, menthe..). Parfaites au potager, la majorité d’entre elles sont d’excellentes plantes compagnes qui éloignent les nuisibles.

Les plantes aromatiques sont obtenues à partir de semis (basilic, persil), de bouture (laurier, estragon, thym) ou via le principe de division pour quelques-unes d’entre elles. Globalement pour des cultures en pleine terre, mieux vaut éviter les sols trop riches et ne procéder à des arrosages qu’en période de sécheresse (exception faite pour le basilic par exemple). De manière générale, il est conseillé de pincer les plants pour ramifier les plants et éviter les montées à fleurs.

Pour profiter à tout moment de l’année des vertus des plantes condimentaires et aromatiques, il faut les conserver dans de bonnes conditions. Certes, les consommer fraîches est l’idéal, mais ça n’est pas toujours possible. On peut opter pour le réfrigérateur durant quelques jours après la cueillette. Pour une longue conservation, laver et sécher les herbes aromatiques et les congeler hachées dans des mignonnettes hermétiques ou des alvéoles à glaçon. Le séchage permet de garder les plantes aromatiques de neuf à douze mois dans un simple récipient hermétique, mais il faut sécher préalablement les herbes en les suspendant par la tige dans un lieu propre et sec, à plus de 22 C. Le séchage nécessite deux à trois semaines de patience. Quant au séchage au four, il exige attention, la température ne devant pas excéder 45 C. Enfin, conserver les feuilles sous forme de marinades donne d’excellentes huiles. Quel que soit le mode de conservation, une plante aromatique cueillie mouillée développera une odeur de moisi. Mieux vaut donc profiter d’un de la fin d’après-midi pour procéder à sa récolte.

Quelques grandes familles de plantes condimentaires :

Le Basilic

  • C’est une plante annuelle de la famille des Lamiacées, qui trouve son origine en Asie où il est utilisé depuis la nuit des temps pour guérir. Aujourd’hui largement utilisé en cuisine, il est indispensable aux salades estivales où ses longues feuilles parfumées, et ses graines noires, oblongues, sont utilisées comme condiments.
  • A partir du godet, il doit se planter en mai dans un sol qui doit rester frais. La récolte s’effectue de juin à octobre. Le basilic ‘Grand Vert’ est le plus connu mais il existe bien d’autres cultivars.
  • Ainsi, le basilic se décline tout en saveurs différentes du vert pâle au pourpre : basilic citron (Ocimum basilicum « Citron »), basilic anis (Ocimum basilicum « Anis »), basilic pourpre (Ocimum basilicum « Pourpre »)…

Le Persil

  • C’est une plante bisannuelle de la famille des Apiacées, originaire d’Asie occidentale. Longtemps frappé de superstitions, il a ensuite été utilisé par les Romains pour masquer les relents alcoolisés, puis ses vertus stimulantes ont largement contribué à sa consommation en tant que plante médicinale. Frisé, plat ou encore tubéreux, le persil se cultive plutôt sur une mi-ombre dans un sol riche et humide.
  • Il se jardine principalement à partir de graine à mettre en terre dès mars ou en avril à partir de godet ; il se récolte de mai à novembre. On trouve aujourd’hui le persil plat (Petroselinum crispum neapolitanum), parfumé, et le persil frisé (Petroselinum crispum), décoratif. Attention à ne pas planter le persil à proximité des plants de salade…sinon faible récolte garantie !

Le Thym

  • C’est une plante vivace de la famille des Lamiacées qui serait originaire d’Egypte. Utilisé initialement comme encens, c’est aujourd’hui une plante aromatique et condimentaire appréciée dans le monde entier. Plante de soleil par excellence, la culture du thym sera favorisée par un sol bien drainé voir sableux. Oublié le semis (très long et très peu de réussite) et plantez vos godets en début de printemps ou d’automne pour une récolte qui se fait tout au long de l’année.
  • Il est composé de feuilles minuscules et de tiges ligneuses. Ses petites fleurs roses ou blanches apparaissent en juin puis en septembre pour le plaisir des insectes butineurs et de la biodiversité. Le thym commun (Thymus vulgaris) à de nombreuses utilisations : en onguent, en infusion, en cuisine pour le bonheur du barbecue ou encore comme plante compagne du chou, des fèves…. En plus du thym commun, il existe des variétés parfumées comme le thym citron (Thymus x citriodorus) ou le thym sauvage (Thymus serpyllum coccineus).

La Ciboulette (Allium schoenoprasum)

  • C’est une plante vivace en climat doux de la famille des Alliacées, aussi appelée civette. Cette fine herbe aux pompons mauves et décoratifs offre des touffes de feuilles à consommer crues ou cuites. Son goût caractéristique et frais s’approche de celui de l’oignon.
  • La plantation en godet se fait au printemps et la division des touffes anciennes, en mars ou en octobre. Pour une bonne récolte (juin à septembre), favorisez une exposition ensoleillée ou une mi-ombre, un sol léger et maintenez une bonne humidité. Ne soyez pas surpris : cette vivace a un feuillage caduc c’est-à-dire qu’elle rentre en terre en hiver pour renaitre au printemps. Enfin, la ciboulette est une bonne plante compagne des rosiers puisqu’elle limite l’apparition de la maladie des tâches noires. Attention à ne pas confondre ciboule et ciboulette : la ciboule a une base renflée et se rapproche plus de l’oignon en terme de goût !

Menu