C’est quoi exactement le jardinage écologique ?

Aujourd’hui, nous entendons souvent parler de jardinage écologique ou biologique. Mais au fait, qu’est-ce que la lutte biologique ? Par définition, c’est l’utilisation d’un agent antagoniste dit « auxiliaire », contre des êtres vivants ravageurs de nos végétaux.

Dans le jardin, les pucerons qui se régalent de vos rosiers sont dévorés par des coccinelles. Les « mouches blanches » sur vos tomates sont les proies d’une petite punaise, et les cochenilles farineuses sur vos ficus sont attaquées par une micro-guêpe.

Par ces exemples, nous remarquons que chaque ravageur a son prédateur.

« Alors lâchons des coccinelles, des punaises, des… » Stop ! Arrêtons de raisonner comme nous le faisons pour un produit phytosanitaire : prendre un insecticide, le mettre dans son pulvérisateur et sulfater ses végétaux, c’est simple.

Mais en lutte biologique, comme le précise la définition, nous faisons appel à des organismes vivants. Par respect pour ces derniers, nous ne pouvons pas nous permettre de faire n’importe quoi.

Mettre une coccinelle sur une plante, c’est facile. Mais avant de le faire, posons-nous les bonnes questions :

  • Peut-elle vivre sur ma plante ?
  • A-t-elle suffisamment à manger ?
  • Peut-on la poser en toute sécurité (pas de prédateur aux alentours) ?

Rassurez-vous, en lutte biologique, il n’y a rien de bien compliqué. Il s’agit tout simplement d’acquérir de nouveaux réflexes de jardinage…

Les 10 commandements pour un jardin écologique

Présentation de l’association les jardins de Noé qui fédère un réseau de jardins agissant pour la biodiversité et qui a dressé une liste de 10 engagements qui définissent bien à mon goût un jardin écologique. Noé Conservation est une association de protection de la nature qui a pour mission de sauvegarder la biodiversité, par des programmes de conservation d’espèces menacées et des projets pour encourager les changements de comportements en faveur de l’environnement. Son but est de créer un réseau de jardins dédié à la biodiversité.

  1. 1. Je laisse un coin de jardin au naturel
  2. 2. Je mets en place une prairie naturelle fleurie
  3. 3. J’aménage mon jardin pour la biodiversité
  4. 4. Je réduis ma consommation d’eau
  5. 5. Je fais un compost
  6. 6. Je limite l’éclairage de nuit
  7. 7. Je plante des espèces locales
  8. 8. J’améliore mon sol en respectant l’environnement
  9. 9. Je protège mon jardin en respectant l’environnement
  10. 10. Je deviens porte- parole de la biodiversité

Quelques gestes écologiques essentiels pour le jardin

Fabrication d’un nichoir pour abeilles

On est tous bien au courant du véritable fléau qui touche actuellement les abeilles. Alors pour les aider, je vous propose de fabriquer un nichoir pour abeilles dans votre jardin, car la plupart des abeilles ne vivent pas en colonies… En effet, les abeilles dites “solitaires” représentent plus de 80% de la population totale des abeilles !

La meilleure solution pour fabriquer facilement un nichoir pour abeilles est de récupérer une maison pour oiseaux. Vous retirez les côtés de la maison et vous placez à l’intérieur des tiges creuses de bambou (voir photo ci-dessus).

Autre solution : Prenez une bûche en bois que vous coupez en deux. Percez des trous de diamètres variables de 3 à 10 mm en les espaçant de 2 cm environ et en évitant de transpercer complètement la bûche.

Pour le placement des nichoirs, ne dépassez pas 3 m de hauteur sachant que 50cm semble être la hauteur idéale. Bien sur, si vous avez des fleurs ou une prairie fleurie, placez de préférence votre nichoir à côté !

Et voilà un petit geste écologique simple qui devrait permettre aux abeilles de continuer à vivre dans nos jardins puisque les champs semblent leurs être fatals…

Le grand ménage dans les produits pour le jardin

En ce début de printemps, la végétation repart et nos envies de jardinage avec ! Cela me semble être le bon moment pour faire un GRAND ménage dans vos produits pour le jardin afin de ne pas avoir de tentation après…

Munissez-vous d’un grand sac et allez devant votre étagère « spécial jardin ».

Maintenant, ouvrez votre sac et mettez dedans tous vos désherbants, pesticides, fongicides, traitements totaux, engrais chimiques et poudres de perlimpinpin. Portez votre sac à la déchetterie et mettez-le dans la section « produits dangereux ».

Le paillage

Comment éviter la corvée d’arrosage et de nettoyage des massifs ? Un seul mot, le PAILLAGE ! Derrière ce terme se cache une petite mine pour un jardin écologique !

Je vous en fais l’inventaire :

  • Garde le sol frais et réduit fortement les arrosages,
  • Gène considérablement la repousse des mauvaises herbes,
  • Favorise les micro-organismes et vers de terre qui vont fertiliser votre terre,
  • Apporte de l’humus en se décomposant,
  • Fait joli …

Lorsqu’on parle de paillage, cela recouvre presque tout ce qui peut se mettre en surface d’un massif … mais bon … si l’on veut garder l’intérêt nutritif du paillage, il vaut mieux éviter les cailloux, pouzzolane, billes d’argiles et autres minéraux.

Je vous conseille très fortement les broyats d’écorces connus sous le nom savant de B.R.F (Bois Raméal Fragmenté …). C’est un beau terme pour dire simplement broyat d’écorces …. Évitez cependant les écorces de pin qui acidifient le sol, sauf si c’est le but recherché.

Autre solution, la tonte de gazon. Vous pouvez vous en servir comme paillage, sans en mettre une trop grosse épaisseur car cela va se compacter. Sinon, vous pouvez aussi utiliser des feuilles mortes, de la paille, bref tout ce qui peut se dégrader.

Il faut être généreux sur l’apport de paillage, au moins 5 cm sont nécessaires, l’idéal étant d’en mettre dans tous les massifs. Étalez-le dès la plantation et renouvelez-le tous les 2 ou 3 ans.

Où trouver du broyat d’écorces ?

N’allez pas aller l’acheter dans des sacs en plastiques de 50 l ! Appelez une entreprise d’entretien d’espaces verts près de chez vous ou le service des espaces verts. Ils ont un broyeur et emportent tout leur broyat à la déchetterie en payant une taxe pour cela. Ils ne devraient voir aucun inconvénient à vous le déverser devant chez vous au lieu d’aller payer pour le jeter dans une benne ! Vous pouvez aussi l’acheter en vrac chez un grossiste qui vous le fera aux alentours de 30 € la tonne pour un broyat assez grossier.

Sinon, vous pouvez investir dans un petit broyeur qui vous sera toujours utile.

Menu