Jardin d’eau, piscine naturelle, création d’un bassin

Quel plaisir de profiter chaque jour d’un jardin d’eau dans une ambiance fraîche et apaisante : bassin, étang, berges, piscine naturelle sont autant de lieux se prêtant au développement de la plante aquatique. Si l’on ne dispose que d’un balcon, l’aménagement d’une petite pièce d’eau est également possible en utilisant bassine en zinc, tonneau, abreuvoir ou auge. Pour donner vie à une scène tonique tout en respectant l’écosystème, il existe de nombreuses solutions au jardin comme en terrasse.

Habilement constitué, l’espace aquatique est sans contraintes. Pour que la flore des bassins (superficie supérieure à 5 m) maintienne l’équilibre écologique de façon autonome, il suffit de respecter quelques grands principes :

  • prise en compte du relief, de la pente et de la facilité d’accès à un point d’alimentation
  • choisir une bonne exposition en évitant l’excès d’ombre
  • profiter des nouveaux matériaux simples tels que films souples ou bâches et éviter l’utilisation du béton qui se fissure facilement aux grès des intempéries.

Le niveau d’eau est également déterminant pour l’équilibre biologique. S’il est insuffisant, l’eau subira à coup sûr les variations de température : trop chaude ou trop froide, elle nuira au bon développement des plantes aquatiques et imposera un entretien fréquent. Bien entendu, on veillera à l’oxygénation du bassin en y intégrant un mouvement d’eau provoqué par des jeux d’eau (cascade, simple jet d’eau) ; ils animeront agréablement l’espace aquatique.

En ce qui concerne le choix des plantes aquatiques, quelques règles de profondeur de plantation s’imposent. Une plante de berge n’a pas les mêmes besoins qu’une plante aquatique. Chacune a un rôle bien défini dans une zone réservée, qu’il s’agisse d’une zone humide, à submersion occasionnelle, aquatique ou aquatique profonde.

Zone humide est un endroit frais situé à proximité d’un point d’eau : rives, berges et fossés. Le Carex, graminée adaptée à cet environnement, est une plante persistante facile à cultiver qui se décline dans de nombreuses variétés : brun, bleuté, gris-argenté, doré, vert clair, panaché, au feuillage retombant ou érigé. Le Carex s’harmonise parfaitement à l’Iris Sibirica et aux différentes variétés d’Hémérocalles.

Zone de submersion occasionnelle permet un mouillage partiel ou total, fortuit ou organisé des plantes sur une profondeur max d’environ 15 cm. Elle implique la culture de végétaux adaptés. L’Equisetum japonicum, ou Prêle japonaise, est une plante aquatique de fond, purifiante dont les rhizomes vont fermement s’ancrer dans le sol fertile et meuble. Le Sagittaria japonica, planté dans 4 cm d’eau au maximum, saura se montrer indispensable dans un jardin d’eau avec ses feuilles flottantes.

Zone aquatique : le cœur de la scène aquatique de 20 à 30 cm de profondeur, agrémenté par des plantes flottantes comme l’Eichhornia crassipes plus connue sous l’appellation jacinthe d’eau, splendide avec ses fleurs bleues et ses rosettes posées sur le miroir d’eau. La zone aquatique profonde, de plus de 40 cm de profondeur, accueille plantes oxygénantes, plantes immergées et plantes flottantes. Eleocharis acicularis aux épillets marron est parfait pour éviter la multiplication d’algues dans l’eau du bassin. Incontournable : le Nymphea, superbe plante flottante très florifère, aux feuilles rondes et aux fleurs spectaculaires.

Pour conserver la propreté de l’eau, il est impératif d’entretenir les plantes aquatiques en supprimant fleurs et feuilles fanées, d’éliminer les débris végétaux qui souillent l’eau, d’alléger les plantes envahissantes et de conserver un niveau d’eau constant.

En automne, les bassins de petite taille sont curés. Pour l’hiver, les végétaux non rustiques sont éliminés et l’on paille chaque plante de berge pour la protéger des gelées. Enfin il faut prendre soin et mettre au repos jeux d’eau et pompes.

Exemples des scènes d’eau au jardin :

Jardin d’eau japonais :
Pour une ambiance zen réussie, l’aménagement d’un bassin entouré d’une pelouse parfaitement entretenue est conseillé. Quelques pas japonais à l’ombre de bambous, un petit pont et des végétaux japonisants à la surface de l’eau sont tout indiqués : prêle, miscanthus, carex, lotus, nénuphar et un maximum d’iris kæmpferia embelliront l’ensemble, dès le printemps, de leurs fleurs aux multiples couleurs.

Exubérance colorée :

On peut aussi vouloir aménager une berge exubérante auprès d’un point d’eau peu profond. Quelques plantes aquatiques pour une parfaite oxygénation suffiront à maintenir l’écosystème. En revanche, les rives recevront une abondance de végétaux feuillus à fleurs multicolores s’harmonisant avec bonheur à des galets colorés : mettre en place carex, primevère, hosta, astilbe, thypa, hémérocalle, fougère, jonc pour une pièce aquatique captivante.

Pièce d’eau au balcon :

Le balcon peut tout à fait se transformer en un univers semi-aquatique, propice à la détente et au bien-être : les bacs étanches pour papyrus, joncs, arum et equisetum sont nombreux. Les lentilles d’eau posées au pied des plantes éviteront aux moustiques d’y pondre leurs œufs. Il ne suffira plus qu’à arroser une fois tous les quinze jours pour jouir de ce petit jardin d’eau hors du commun.

Enfin, pensez à vous renseigner auprès des spécialistes des piscines naturelles : espace de baignade, de jeux et de plaisir, permet de profiter d’une autre forme de jardin d’eau tout en respectant l’écosystème. Elle comprend : une zone de baignade, une zone de végétation – où prospèrent des plantes oxygénantes comme les nénuphars – et une lagune, zone peu profonde. Celle-ci est un véritable lieu de filtration grâce aux plantes épuratrices : Menthe aquatique, Butomus umbellatus, Phalaris…

Menu